Une vie après la mort

Une Vie après la Mort ?

de lecture - mots

L'une des plus grandes questions de l'humanité est notre sujet du jour. Y a-t-il une vie après la mort ? Est-ce que notre âme est transportée dans un nouveau monde après avoir quitté notre corps ? Que disent les scientifiques ? Que disent les religions ?

La tête de mort étant notre emblème et le symbole ultime de la mort, nous nous sommes naturellement posés la question sur Crâne Faction ! Et nous allons répondre aux questionnements que tu viens de lire juste au-dessus dans cet article pour tenter de trouver les réponses à ce sujet complexe. ☠️

La seule certitude dans la vie est la mort. Depuis des siècles, les humains tentent de trouver des moyens d'y faire face, ce qui pourrait expliquer pourquoi beaucoup croient en une vie après la mort. Des tribus anciennes au monde occidental moderne, les gens ont d'importants rituels et croyances autour de la mort...

Y a-t-il une vie après la mort ?

La science suggère que "non", mais ce sujet se trouve sûrement au-delà de ce que l'on peut prouver scientifiquement en 2020 ! Les humains ont toujours été fascinés par la mort et l'idée de revenir à la vie. Est-il vraiment possible de revenir de la mort comme certaines personnes l'affirment en sortant du coma ? Quelle est la différence entre un être vivant et un corps mort ? Penchons-nous ensemble sur les théories scientifiques qui cherchent à répondre à ces questions.

Lumière au bout du tunnel

Qu'est-ce que la mort ?

Cela peut sembler étrange de poser cette question, mais c'est la première à laquelle nous devons répondre afin de définir ce qu'est réellement la mort, déclare le Dr Jonathan Jong de l'Institut d'anthropologie cognitive et évolutive de l'Université d'Oxford. "Il existe des rituels autour de la mort qui peuvent varier énormément d'une culture à l'autre, mais il peut aussi y avoir différentes définitions de ce qu'est la mort. Même dans les communautés scientifiques, il n'y a pas un accord complet à ce sujet". 🧐

La mort est-elle donc un arrêt du cerveau ou du cœur ? Qu'en est-il si une personne souffre d'une maladie terminale et que des parties de son corps meurent avant que ses organes vitaux ne s'arrêtent et ne cessent de fonctionner ? "Lorsque vous commencez à réfléchir à cette question dans différentes cultures, la question devient encore plus importante. Par exemple, dans certaines régions d'Indonésie, les familles déterrent les corps de leurs proches décédés et les enterrent à nouveau. Ils disent qu'une personne n'est pas vraiment morte avant le deuxième enterrement. Pour eux, la mort se fait par étapes", explique le Dr Jong.

Dans certaines régions du Tibet, les cadavres sont laissés sur une montagne plutôt qu'enterrés. Pour certains, cela peut sembler plutôt cruel. "Mais quand on pense à la difficulté de transporter un cadavre en haut d'une montagne, il devient clair que c'est un acte délibéré et significatif".

De même, dans la Perse ancienne (aujourd'hui l'Iran), certaines tribus comme les Zoroastriens, avaient l'habitude de construire des tours de silence où ils déposaient leurs morts pour qu'ils soient mangés par les oiseaux. "Encore une fois, à première vue, cela peut nous sembler un abandon cruel, pourtant ils construisaient des structures très coûteuses juste pour les morts". ⚰️

Toutes les cultures se soucient des cadavres, mais de manière différente. Peut-être que certaines personnes pourraient trouver étrange d'habiller un cadavre, voire de lui faire subir une chirurgie esthétique comme souvent aux États-Unis ? De plus en plus, au Royaume-Uni, les cadavres sont vidés de leurs fluides naturels et remplis de liquide d'embaumement pour les préserver. Ces pratiques peuvent nous sembler normales, mais elles sont bizarres pour d'autres. 

Femme corps et âme

Ressenti face à la Mort

Les rituels évoluent pour nous aider à faire face à la mort. Nous avons besoin de ces rituels, dit le Dr Jong, car nos sentiments à l'égard de la mort peuvent être ambivalents. "Nous avons évolué pour éviter les menaces physiques, ce qui explique en partie pourquoi les cadavres nous repoussent. Non seulement ils représentent des rappels de notre mortalité, mais ils peuvent aussi être des sources de maladies infectieuses.

Nous sommes donc tiraillés entre la nécessité de nous débarrasser d'un cadavre qui pourrait porter des germes et le désir de conserver le corps encore reconnaissable comme appartenant à quelqu'un que nous avons connu et aimé. Cette contradiction peut expliquer pourquoi nous entourons la mort de spectacles dramatiques et de cérémonies.
Des funérailles signifient que nous ne nous débarrassons pas simplement d'un cadavre comme si il n'avait plus de valeur. Nous disons au revoir à notre être cher. Nous le voyons toujours comme une personne. C'est en tout cas le genre d'explication que donnent les anthropologues évolutionnistes".

Homme tunnel lumière

Ars Moriendi (Bien Mourir)

Il y a peu de preuves au sujet de la question à savoir "ce qu'est une bonne mort" ? C'est quelque chose qui s'est développé culturellement au fil du temps. Il existe certainement une longue tradition occidentale de réflexion à ce sujet, qui remonte aux philosophes de la Grèce antique. Au Moyen-Âge européen, l'Église publiait même des manuels pour bien mourir, appelés ars moriendi, l'art de mourir.

Au fil des siècles, on s'est moins appuyé sur l'Église en tant qu'institution singulière, et la mort a donc été, comme tant d'autres choses, privatisée. Les gens ont dû se faire leur propre opinion sur la façon de bien mourir.

"Comme vous pouvez l'imaginer, lorsqu'on demande à la plupart des gens ce qu'est une bonne mort, ils répondent qu'ils ne veulent pas souffrir ou être surprit par un accident par exemple. A ce jour, l'idée dominante en Occident est que les gens doivent affronter la mort avec courage, ce qui n'est pas sans rappeler la façon dont les Grecs de l'Antiquité concevaient la mort. Mais pourquoi les gens devraient-ils être courageux et accepter la fin de leur vie ?

Ars Moriendi

Croire en la Vie après la Mort

La croyance en l'existence d'une vie après la mort est psychologiquement profonde et provient probablement de nos intuitions sur la relation entre le corps et l'esprit. Mettons ici en avant les études de Bruce Hood, professeur de psychologie à l'université de Bristol.

Bruce Hood et ses collègues ont mené des études sur des jeunes enfants âgés de quatre à cinq ans environ. Il leur a montré un hamster, puis leur a dit qu'il pouvait en cloner une réplique exacte. Lorsqu'on leur a demandé si le hamster cloné partageait les mêmes caractéristiques physiques que l'original, les enfants ont généralement répondu "oui". Mais lorsqu'on leur demande les caractéristiques psychologiques du clone (par exemple : "Ce hamster sait-il que tu l'as chatouillé ?"), ils répondent le plus souvent "non".

Dans une autre série d'expériences, les enfants ont entendu parler d'une souris qui avait été mangée par un alligator. Lorsqu'on les interrogeait sur les caractéristiques biologiques de la souris, comme "Son cerveau fonctionne-t-il encore ?" ou "Peut-elle encore marcher ?", les enfants répondaient généralement "non". Mais lorsqu'on les interroge sur les sentiments de la souris, comme "La souris a-t-elle toujours peur de l'alligator ?", ils répondent le plus souvent "oui". Il semblerait donc que les enfants pensent que notre corps s'arrête à notre mort, mais qu'une partie de notre psychologie continue à vivre.

On suppose souvent que les adultes disent aux enfants ce qu'ils doivent penser. Mais les recherches menées au ce sujet suggèrent que les enfants développent naturellement ces croyances, et les conservent parfois à l'âge adulte.

Cette idée fondamentale et profondément ancrée, selon laquelle notre esprit (nos souvenirs, nos émotions, nos désirs) est en quelque sorte distinct et séparé de notre corps, nous permet de croire que si notre corps peut mourir, nous pouvons en quelque sorte continuer à vivre, peut-être en tant qu'âmes immatérielles. 💭

Vie éternelle

Croyance en l'Au-Delà

Certaines personnes trouvent que la croyance en une vie après la mort est très apaisante. Elle peut aider à surmonter le chagrin, la perte et la tristesse. Il est réconfortant de penser qu'un jour nous serons réunis avec un être cher qui est mort, dans un monde meilleur que celui-ci. Surtout pour les personnes qui ont une vie très dure, le fait de penser qu'elle sera meilleure après la mort peut les aider à traverser leur vie actuelle. Par exemple, les esclaves afro-américains chantaient souvent des chansons sur l'au-delà pour apaiser leur existence brutalement cruelle. 🎶

Il y a tout de même des "étapes de croyances " différentes. En effet, croire que les humains sont constitués de corps et d'âmes est une chose. Croire en l'ai-delà en est une autre. Et croire en un au-delà agréable ou non, tel que le paradis et l'enfer est encore différent.
De plus, "il n'y a pas que les religieux traditionnels qui ont des croyances sur l'au-delà. Car à mesure que les croyances religieuses diminuent dans des pays comme la France, la croyance au paradis décline beaucoup plus lentement. Dieu s'en va, mais le paradis demeure. 🙏

Et il existe d'autres moyens de garder les morts en vie, sans croire littéralement au paradis. En parlant de quelqu'un qui est mort, en regardant des photos et des films de cette personne, et peut-être même en lui "parlant". Nous la gardons ainsi vivante dans nos esprits, nos souvenirs et nos cœurs. Dans ce sens, il y a donc une vie après la mort.

Nuage au-delà

La Vie après la Mort selon les Religions

Si on demandait à un biologiste ce qui nous arrive après la mort, il nous dira probablement tout ce qu'il y a à savoir sur ce qui arrive à notre corps après que notre cour ait cessé de battre. Mais ce n'est pas la réponse attendue pour l'une des plus grandes questions de l'humanité. Par vie après la mort, nous entendons notre esprit, notre conscient... Les grandes religions du monde donnent généralement une réponse à cette question de deux manières :

1)  Le Paradis et l'Enfer

Les trois religions abrahamiques, celles qui reconnaissent Abraham comme leur premier prophète (christianisme, judaïsme et islam) répondent toutes à cette question de manière similaire. Elles disent que vous n'êtes pas seulement votre corps, mais aussi votre âme. Après la mort de votre corps, votre âme vit dans un monde au-delà du monde physique.

2) La Renaissance

Les grandes religions orientales (hindouisme, bouddhisme et sikhisme) enseignent également qu'il y a quelque chose en nous qui survit à la mort de notre corps. Mais il ne quitte pas ce monde. Il trouve plutôt un autre corps pour y vivre. Nous appelons ce mouvement de corps à corps, la réincarnation ou la renaissance (Samsara).

Vie après la Mort selon le Christianisme

Sur la base du Nouveau Testament, qui nous raconte comment Jésus est mort et est revenu à la vie, les chrétiens espèrent que Dieu leur donnera la vie éternelle après la mort. Ils croient également qu'à un moment donné, leur vie sera jugée par Dieu. Ceux qui ont mis leur foi en Jésus iront au ciel et ceux qui l'ont rejeté iront en enfer. 👹

L'enfer est souvent décrit comme un lieu plein de douleur et de souffrance. Mais il ne faut pas le prendre trop au pied de la lettre. La souffrance est l'anxiété que nous ressentons lorsque nous sommes condamnés à une vie éternelle sans Dieu (le créateur de la vie et de tout ce qui est bon) à nos côtés. De la même manière, le paradis n'est pas un endroit élevé dans le ciel. C'est l'endroit où nous sommes réunis avec Dieu, la source de notre vie.

Collier croix tête de mort

Vie après la Mort selon l'Islam

Parce que l'Islam et le Christianisme adorent tous deux le Dieu d'Abraham (Allah étant le mot arabe pour Dieu), ces deux religions comprennent l'au-delà de façon similaire. Comme les chrétiens, les musulmans pensent que nous avons une âme qui survit à la mort de notre corps. Et l'idée qu'il y aura un jour où Dieu jugera l'humanité est l'une des six croyances fondamentales de l'Islam. Ce jour-là, tout le monde sera envoyé au paradis (Jannah) ou en enfer (Jahannam). ☪️

Les fidèles vont au paradis, qui est représenté comme un jardin avec 7 couches de ciel, celle du haut est le jardin d'Eden et la maison d'Adam et Eve. Alors que dans les couches inférieures, nos voisins seront des gens comme Jésus et Abraham. L'enfer a également 7 couches, chacune avec un différent nécessairement éternel, comme dans le christianisme. Il est possible qu'après avoir purgé sa peine, une personne ayant pêché soit accueillie au paradis.

Islam

Vie après la Mort selon le Judaïsme

La Bible hébraïque et les premiers textes juifs ne sont pas tout à fait clairs en ce qui concerne la question de l'au-delà. Il existe un monde souterrain appelé Sheol. Mais il s'agit de l'enfer des chrétiens ou des musulmans. C'est là que tous les morts vont (qu'ils aient vécu une bonne vie ou non) pour passer l'éternité comme l'ombre d'eux-mêmes. Il n'y a pas de punition ou de souffrance ici, ce n'est pas non plus la maison de Dieu.

Les textes ultérieurs du Telmud développent des idées plus familières du jugement, de l'enfer (Gehenne) et du ciel (Olam Ha-Ba). Le jour du jugement, ceux qui ont suivi les lois du judaïsme passent de ce monde (OlamHa-Zeh) au monde à venir (Olam Ha-Ba). C'est dans le jardin d'Éden que se trouve le trône de Dieu. Mais la géhenne est le lieu de résidence de la plupart des gens ordinaires. Ici, ils seront soit punis, soit purifiés (selon le spécialiste des écritures que l'on demande) pour une période de douze mois au maximum. Après cette période, ils seront prêts à rejoindre Dieu. Mais le vrai mal devra passer l'éternité en enfer ou être complètement détruit. ✡️

Paradis juif

Vie après la Mort selon le Bouddhisme

La tradition bouddhiste est très différente des trois religions décrites ci-dessus de deux façons essentielles. Premièrement, après la mort, on ne va pas dans un autre monde mais on reste dans celui que l'on connait. Lorsque notre corps meurt, nous renaissons dans un autre. Deuxièmement, il n'y a pas de soi ou d'âme, il n'y a pas de "toi". Confus ? Ne t'inquiètes pas, allons un peu plus loin... 🧘

S'il n'y a ni âme ni soi, qu'y a-t-il pour renaître ? Selon le Bouddha, le sentiment que nous sommes la même personne tout au long de votre vie est une illusion. Pour les bouddhistes, tout est toujours en train de changer, rien n'est permanent. Donc quand on meure, ce n'est pas nous, mais les énergies qui nous façonnent qui prennent une nouvelle forme. Les morceaux qui nous constituent sont disposés légèrement différemment et forment quelqu'un d'autre.

Cette prochaine vie est connectée à la précédente par quelque chose appelée karma. C'est l'idée qu'une action dans une vie antérieure a une réaction dans la suivante. Avons-nous fait quelque chose d'horrible dans une vie antérieure ? Nous pourrions renaître sous la forme d'un cafard ! Le but ultime du bouddhisme est d'échapper à ce cycle de renaissances en atteignant l'illumination ou Nirvana.

Bouddhisme

Vie après la Mort selon l'Hindouisme

Tout comme le bouddhisme, l'hindouisme considère également la vie comme un cycle de mort et de renaissance lié par le karma. Si nous n'avons pas de chance dans notre vie, nous avons dû faire quelque chose de mal dans la précédente. Se libérer de ce cycle est donc à nouveau l'objectif. 🕉

Les hindous appellent cet état de liberté "moksha". Mais contrairement aux bouddhistes, les hindous croient qu'il y a quelque chose qui fait que nous sommes nous. Ils croient que chaque personne a un atman, une âme ou un esprit. Cet esprit est toujours le même, quel que soit le corps dans lequel il vit temporairement.

Hindouisme

Vie après la Mort selon le Sikhisme

Tout comme les bouddhistes, les sikhs croient que la vie est un cycle de mort et de renaissance lié par le karma. L'objectif est à nouveau le mukti, ou la libération de ce cycle. Tout comme les hindous, les sikhs croient qu'il existe une âme qui se transmet dans une série de corps. 

De même que nous pouvons changer, notre âme renaît dans un nouveau corps. Les sikhs réalisent le mukti lorsque l'âme ne fait plus qu'un avec Dieu. L'âme vient de Dieu à l'origine, mais elle a été séparée de lui. De ce fait, elle est devenue impure. Mais en se souvenant et en méditant sur le nom de Dieu, l'âme peut retrouver son chemin.

Sikhisme

Vie après la mort selon la Religion Populaire Chinoise

La compréhension de l'au-delà par la religion populaire chinoise est également centrée sur la renaissance des âmes. Cependant, si nous avons péché dans notre vie antérieure, nous ne renaissons pas seulement dans un corps inconfortable. Nous sommes en attente d'être punis pour nos péchés. Et une fois que nous avons reçu notre punition, nous sommes prêts à renaître dans un nouveau corps. La punition diffère en fonction des péchés effectués et de leurs gravités.

Temple chinois

L'Après Vie en Philosophie

Il est assez naturel de vouloir savoir s'il y a une vie après la mort et de vouloir réellement qu'il y ait une vie après la mort. C'est parce que beaucoup d'entre nous supposent que la mort est une mauvaise chose, quelque chose qui doit être craint. Mais ce n'est pas le cas de tout le monde. Certains philosophes ont affirmé que la mort n'est pas si importante après tout...

Supposons un instant qu'il n'y ait pas de vie après la mort et que lorsque l'on meurt, c'est fini. Certains philosophes se demandent : est-ce mal d'être mort ?

Maintenant, il est important d'ajouter que personne ne nie que la mort, le processus qui mène à la mort, peut être désagréable. Quand les philosophes disent que la mort n'est pas un mal ou que la mort n'est pas un mal pour celui qui meurt, ils ne nient pas la souffrance que certaines personnes endurent. Dans ce cas d'ailleurs, et au contraire, ils suggèrent que l'état de mort n'est pas vraiment mauvais.

Mort et philosophie

La Théorie d'Épicure

L'idée que la mort n'est pas mauvaise est associée au philosophe grec Epicure (341-272 av. J.-C.) et à ses disciples. Il a réalisé que beaucoup d'entre nous craignent la mort, mais il pensait que cette peur était irrationnelle. Il a présenté des arguments en faveur de cette conclusion, qui, espérait-il, rassurerait les gens.

La première question est : si la mort est mauvaise, pour qui est-elle mauvaise ? Eh bien, c'est difficile pour ceux qui sont laissés sur terre, mais nous ne nous inquiétons pas pour eux dans ce cas. Nous parlons surtout du fait que c'est mauvais pour celui qui est mort. Cependant, selon Epicure, cela n'a pas de sens. La mort est l'annihilation (la fin ultime de toute chose). Au minimum, pour qu'une chose soit mauvaise pour quelqu'un, il faut que la personne existe.

Pense-y de cette façon : Epicure est mort depuis longtemps. Ce ne serait pas très logique de sortir dans la rue et de crier "Epicure était un vieux philosophe fou !" Ce commentaire serait-il mauvais pour Epicure lui-même ? Certainement pas, car il n'est pas là pour recevoir la remarque. Et donc, si la mort est vraiment la fin de tout ce que nous pouvons vivre, cela suggère que lorsque nous sommes morts, nous ne sommes plus là pour ressentir quoi que ce soit de désagréable. Donc, être mort n'est pas mauvais.

Cependant, tout le monde n'est pas convaincu par le raisonnement d'Epicure. Certains philosophes soutiennent qu'Epicure a mal tourné parce qu'il avait une image erronée de ce que c'est que d'être mauvais pour quelqu'un. Il suppose que quelque chose est mauvais pour quelqu'un seulement si cette personne a une expérience négative, comme si une abeille te piquait, il est très probable que tu ressentes un sentiment négatif. Mais y a-t-il une autre façon de faire du mal à une personne ?

Épicure

La Vie avant la Naissance

Le disciple d'Epicure, Lucrèce (99-55 av. J.-C.), philosophe et poète romain, a proposé un argument différent, connu sous le nom d'"argument de l'asymétrie". La meilleure façon d'expliquer cet argument est de penser à la période précédant la naissance... Nous sommes nés à une époque particulière, et pas avant. Si nous étions nés plus tôt, nous aurions pu profiter des choses pendant cette période antérieure. Mais peu de gens pensent que c'est une mauvaise chose d'avoir été privé de la période précédant leur naissance. Pourtant, à tous les égards, la période précédant notre naissance et celle qui suit notre décès sont les mêmes. Les deux s'étendent vers l'infini et ni l'un ni l'autre ne nous inclut. Donc, si cela ne nous dérange pas d'avoir manqué l'un, cela ne devrait pas vous déranger de manquer l'autre...

Ce qui importait le plus pour Épicure et Lucrèce était de convaincre les gens de lâcher leur peur de la mort. Si la mort ne nous cause aucune douleur quand nous sommes morts, alors c'est une erreur de la laisser nous causer de la douleur quand nous sommes vivants. Au lieu de cela, ils étaient des hédonistes, qui pensaient que ce qui comptait dans la vie était le plaisir. Plutôt que de s'inquiéter de notre mort, nous devrions "manger, boire et être joyeux", comme le dit le proverbe.

Bague faucheuse


Laissez un commentaire

N'hésite surtout pas à commenter jeune disciple, ton avis nous intéresse ! 🧐

Newsletter

Recevez nos articles dans votre boite email.