Generation nu future punk

Génération No Future Punk

de lecture - mots

Qu'est-ce que la génération "No Future" Punk ? Quelle est l'idéologie de celle-ci et d'où vient-elle ? L'origine du mouvement est-il en vie après bientôt 50 ans de mouvement punk ?

Jeune anarchique, bienvenue sur Crâne Faction ! Le mouvement punk et son idéologie "No Future" est notre sujet du jour et nous allons te donner les réponses que tu attends. 🤘

Le No Future Punk est l'idée selon laquelle la jeune génération punk des années 1970 n'avait pas d'avenir. Cette idéologie a notamment été adoptée par les jeunes de classe ouvrière au États-Unis et en Grande-Bretagne. La musique punk a été précurseur du mouvement qui deviendra engagé socialement et politiquement au début des années 80.

Dans cet article, nous allons voir ensemble combien la génération punk a marqué son époque, pourquoi le no future a rassembler et fait évoluer cette contre-culture ainsi que sa situation aujourd'hui dans le monde. Après avoir consulté cet article, tu sauras parfaitement identifier le pourquoi du comment au sujet de la contre-culture punk aux États-Unis et en Grande-Bretagne de 1965 à nos jours.

Collier punk

Mouvement Punk No Future

Dès ses débuts, le punk s'est imposé comme une culture dont il est pratiquement impossible d'écrire l'histoire notamment à cause de l'expression "no futur" tirée des paroles du titre de la chanson "God Save the Queen" des Sex Pistols sortie en 1976. Cette chanson d'un des plus célèbre des groupes punk-rock, est un élément essentiel de la philosophie punk. C'est-à-dire, une attitude pessimiste face à l'avenir qui explique en partie le manque d'intérêt de la culture punk pour l'histoire du mouvement.

Le punk a été créé par des jeunes qui s'identifiaient, non pas principalement comme des artistes, mais comme des jeunes ouvriers qui s'ennuyaient et cherchaient à se divertir. Et cette jeunesse n'était à l'époque pas du tout tournée vers l'avenir. Au contraire, on retrouvait parmi les idéologies l'esprit "on a une seule vie" exprimé dès la années 70.

No future punk

Le Punk dit comme "Sans Avenir"

Les groupes fondateurs du punk ont joué un rôle tout aussi important dans la formation de cette idéologie, comme les artistes Richard Hell, Patti Smith et les Ramones. Richard Hell était connu pour son style vestimentaire particulier et on le voyait souvent porter des vêtements déchirés, un style encore utilisé par les punks aujourd'hui. Des chansons comme "I Belong to The Blank Generation", dont les paroles pouvaient être comprises soit comme une interprétation optimiste des "possibilités" ou soit avec un point de vue cynique, pessimiste, "sans avenir", plus courant dans le punk rock qui a fini par se développer...

Patti Smith, comme beaucoup d'artistes underground de l'époque, a fait preuve de simplicité dans son style musical. Beaucoup de chansons qu'il a écrites avant de devenir un artiste de scène étaient des poèmes mis en musique. Patti Smith est aussi à l'origine de cette idéologie aux pensés négatives. Notamment avec son single "Hey Joe", sorti en 1974. Une attitude pessimiste et des lignes musicales simplistes caractérisent l'affirmation que le punk et sa jeunesse n'a pas d'avenir.

No future noir et blanc

Le New York Dolls

Un autre groupe important dans l'histoire du punk rock a été les New York Dolls. Bien qu'ils n'aient jamais dépassé leur sphère d'influence de New York, certains aspects du groupe ont eu un impact significatif sur le développement de la musique et de la culture punk. Leur musique était un mélange des tendances actuelles de la musique pop et de commentaires sociaux pessimistes. 🤔

Les Dolls étaient également connus pour leurs paroles trash et de rébellion qui exprimaient une tendance punk parfois négative. Beaucoup de jeunes se sont identifiés dans le mouvement et ce qu'ils proposaient avec cette idéologie portée sur le fait de vivre l'instant présent, car le futur ne réserve rien de beau.

 New York Dolls

Le Glitter Rock

Mouvement relativement éphémère, commençant en 1972 pour s'éteindre en 1975, le glitter rock a néanmoins eu son impact sur les débuts du punk. Également connu sous le nom de glam rock, ce mouvement incorpore des sujets jugés "offensants pour le grand public". 😵

Comme un affront à la société et tout ce qui représente les courants de pensées populaires de l'époque, le glitter rock a été approprié et élaboré par le punk rock. Très marqué par ses symboles spécifiques de rébellions, il a servi de pont entre la culture dominante et la sous-culture extrême qui allait devenir punk au milieu des années 1970, en présentant des idées socialement inacceptables (ou du moins non dominantes) dans le contexte d'une musique qui semblait familière.

Groupe punk

Le Pessimisme au Coeur du Punk

Une chose qui liait toutes les formes de musique punk était leur négativité. C'est ce qui faisait le plus contraste avec la musique populaire que l'on écoutait à la radio à l'époque, avec des thèmes optimistes et romantiques.

Ces groupes punk ont fait preuve de pessimisme dans certains cas jusqu'au nihilisme. C'est cette insatisfaction de la vie face à l'Etat qui a donné naissance à une grande partie de la musique politiquement chargée pour laquelle le punk s'est fait connaître. Les jeunes anglais de l'époque (souvent de la classe ouvrière) participaient à des groupes identifiés de "révolte des jeunes". Ces groupes voyaient un avenir sombre, sans issu. ⛔️

En 1976, les conditions économiques étaient les pires depuis 1940. 6,4 % de la population était au chômage en Grande-Bretagne et la Livre est tombée très bas. Le climat socio-économique était mûr pour le message du punk rock, ces jeunes fanatiques de musique étaient méfiants ou carrément en colère.
Des artistes tels que Reed et Bowie n'avaient pas peur d'inclure des commentaires sociaux dans leurs paroles. Le punk rock dans son ensemble s'est donc défini par ses liens étroits avec le socialisme, arborant des commentaires sociaux et des sympathies pour les troubles de la classe ouvrière. Le Punk allait devenir le refuge de la nouvelle génération.

Révolte punk

Sex Pistols à l'Origine du "No Future"

L'ironie, le pessimisme et le style amateur de cette musique ont eu des implications sociales et politiques évidentes, et le punk britannique est devenu aussi consciemment "engagé" qu'un moyen de divertissement qu'est l'art de la musique. Cet idée est notamment illustrée par le groupe britannique "Sex Pistols", considéré par beaucoup comme le premier véritable groupe punk.

Des hommes au look motard bien défini : les membres du groupe portaient toutes sortes de vêtements qui allaient définir l'esthétique punk. Ils étaient définis comme des "vagabonds, des inadaptés, des punks, n'ayant qu'une compréhension rudimentaire de la musique". Leur premier single, "Anarchy in the UK" a marqué un vrai coup dans le mouvement no future. La renommée du groupe a notamment été faite grâce à leur performance lors des concerts. 🎸

Cinq jours après sa sortie, le morceau "God Save the Queen" fut interdit par la BBC. Mais il rencontra néanmoins une énorme popularité et devint numéro un sur presque tous les hit-parades britanniques, même ceux de la BBC, qui continua à passer le morceaux en coupant des passages "trash". Les deux singles suivants des Sex Pistols, "Pretty Vacant" et "Holiday in the Sun" ont connu une popularité similaire. Cette grande popularité de l'album, tant en Grande-Bretagne qu'aux États-Unis, malgré le refus de nombreux grands distributeurs de le commercialiser, a entraîné la programmation d'une tournée américaine de dix-neuf spectacles. Le mouvement punk et son idéologie négative était lancée !

Sex Pistols

Le Punk associé à la Négativité

Avant le milieu du XXe siècle, le terme "punk" avait plusieurs significations, dont aucune n'était positive. Certaines d'entre elles étaient de nature sexuelle comme : "homosexuel refoulé" ou "violeur aux cheveux longs". D'autres, comme "voyou", "gangster", "délinquants" avaient des connotations de violence. Ces appellations ont été associées à un genre de musique particulier et aux personnes qui l'écoutaient en 1975. 🎼

Le punk a délibérément cultivé une image de violence, de déviance et de répugnance dès le début de sa sous-culture. Il s'agissait d'une contradiction claire avec ce que la culture populaire proposait aux jeunes. Le "Don't Worry, Be Happy" des publicités américaines ne passait pas. Cependant, l'anarchisme du punk se concentrait sur le plan personnel. Il mettait l'accent sur le changement par l'éducation plutôt que sur la révolution. Il consistait à vivre l'idée de la rébellion contre l'autorité.

Une attitude "nous contre eux" a prévalu dans tout le mouvement depuis sa création, en grande partie à cause des attaques enragées omniprésentes contre la musique punk, et des punks eux-mêmes, par la presse et le grand public. En effet, il arrivait souvent que des punks viennent au secours de ceux qui étaient mis à l'écart en raison de leur apparence ou de leurs convictions politiques. Cela ne veut pas dire que tout le monde était accepté, car il fallait un certain dévouement pour être considéré comme un vrai punk🤙 Les personnes ayant, par exemple, une "coupe de cheveux punk" qu'ils portaient par exemple en concert, mais pas en retournant au travail le lundi, étaient souvent considérées comme des "clowns" non engagés.

Future punk

Mouvement Anti Bourgeois et Capitaliste

En raison de ses liens étroits avec la classe ouvrière tant au Royaume-Uni qu'aux États-Unis, le punk a été dès le début anti-bourgeois et anti-capitaliste. En fait, l'attitude punk dans son ensemble combinait une haine et un sentiment d'urgence concernant tout ce qui avait trait à la culture punk, avec une conscience aiguë de l'impuissance socio-politique, une conviction que les actions étaient sans conséquence, que l'amélioration de la société était au mieux insaisissable et au pire totalement futile... 🤷‍♂️

Néanmoins, la croyance en la possibilité (ou du moins la nécessité) d'un changement était évidente dans les chansons punk. En réaction contre l'autoritarisme qui est apparu dans les années 1970 et qui s'est accru tout au long des années 1980 et 1990, le punk a été la dernière fois que la musique pop, quelle que soit sa nature ou son époque, a eu un "véritable impact radical" sur une partie quelconque de son public. Le punk, c'est l'abandon des chansons d'amour contre un message politique et social que l'on retrouve beaucoup aujourd'hui dans le rap.

Concert punk

Les Concerts No Future

Les concerts punk, comme une grande partie de la sous-culture punk, s'éloignaient énormément de la norme. Alors qu'auparavant, il y avait toujours un espace entre l'artiste et le public, on ne le retrouvait plus ou presque plus en concert punk. Les concerts de Punk se déroulaient dans de petits espaces bondés et à petit budget, dans des quartiers notoirement difficiles. Les artistes, pour la plupart, avaient peu ou pas de formation technique et ne possédaient que du matériel très bon marché et peu sophistiqué. Le niveau de décibels était brutalement élevé, et l'attitude des artistes et du public était agressive et souvent proche de la violence physique... 👊

Les styles de danse punk reflétaient l'atmosphère des spectacles. L'un des styles les plus connus, le pogo, consiste essentiellement à sauter de haut en bas de manière semi-rythmique. Le slam (ou le thrash) est lié au pogo de base, qui est devenu le "moshing" des temps modernes. La danse du slam consiste à prendre le pogo et à y ajouter des coups de coude et de genoux. Bien que cela puisse paraître dangereux, il n'y avait aucune intention de nuire, la danse étant une simple parodie de la violence qui semblait omniprésente dans la culture punk.

Concert no future

Le Style Punk No Future

S'il est vrai que le punk a toujours été plus une question d'indépendance que de style, on retrouvait tout de même un style vestimentaire bien à part. La mode punk était basée sur la provocation et ce qui était presque définie comme mode "anti-sexy".

Les fans venaient aux concerts des Sex Pistols en portant des "sacs poubelles en plastique, des vêtements de paysans, des tenues nazies, des vêtements lacérés maintenus par des épingles, des cheveux multicolores hérissés de vaseline, un maquillage voyant et... des épingles en métal portées comme piercing... 📎 Pour les punks, l'apparence physique était une occasion d'attirer l'attention vers eux. La contradiction, la moquerie et l'ironie, en plus d'être des éléments importants de la musique elle-même, étaient également appliquées à la mode.

Les symboles fascistes et nazis, pour la plupart, n'indiquaient pas une affiliation politique ou une idéologique, mais visaient plutôt à signaler tout ce qui n'allait pas dans la société (ou au pire, simplement à choquer). La mode punk ne se limitait pas à ce que l'on portait. Elle "incluait l'attitude aussi bien que l'habillement". L'apparence maigre et affamée, le dialecte et l'argot des Britanniques urbains de la classe inférieure étaient obligatoires. L'attitude comprenait également un air menaçant et capable de violence. Les bouteilles de bière, les verres, les sièges, et tout ce qu'il était possible de porter étaient lancés de part et d'autre.

Ce qui est certain, c'est que le no future punk adulait la mort et son symbole ultime, la tête de mort. On la retrouvait forcément partout en concert punk. Et notamment sur les t-shirts des plus fanatiques. C'est l'un des classique du style punk. Si tu veux faire partie des vrais punk, il te faut adopter l'un des plus canons d'entre-eux. Découvre notre sélection en cliquant simplement sur l'image ci-dessous.

T-shirt crâne

Romain Crâne Faction

Auteur : Romain

J'ai fondé Crâne Faction pour offrir aux esprits libre un espace dédié où ils pourront exprimer leur style vestimentaire tête de mort. J'espère que cet article de blog t'a plus et qu'il t'a permis d'en savoir plus sur cet univers.

Offre sur le blog de Crâne Faction