Origine et Histoire de La Catrina

Têtes de Mort Mexicaines -

La Catrina : Origine & Histoire (La Calavera Garbancera)

de lecture - mots

Le crâne coloré et élégant est devenu un symbole festif du Dia de los Muertos. Mais sa création initiale avait une signification qui allait au-delà de la fatalité de la mort. La Catrina Calavera est une image omniprésente pendant le Jour des Morts. Elle est un personnage de la culture populaire au Mexique et fait partie de la trinité : Santa Muerte, le Jour des Morts, La Catrina. On la retrouve entre autres dans les costumes, la nourriture, les peintures et les poupées. Si tu adhères totalement aux bonnes "vibes" du Jour des Morts, on t'invite à te procurer notre meilleure bague en argent avec un crâne mexicain.

Bague Tête de Mort Mexicaine

Partout où tu poseras le regard, dans les rues pendant les célébrations du Jour des Morts en Amérique Latine, un visage familier te reviendra. Un visage qui juxtapose le macabre et l'élégant. Tu le retrouveras dans le maquillage des visages des enfants, dans les déguisements élaborés des femmes, dans le "pain des morts" de la fête ou dans chaque vitrine de magasin vendant des souvenirs et des emblèmes de cette fête populaire à l'atmosphère unique. 

Ce visage a un aspect bien défini : un crâne, portant un chapeau brodé élégant qui resplendit de fleurs. C'est La Calavera Catrina (le "crâne élégant"), souvent simplement La Catrina. Et aussi festif qu'il puisse paraître, la présence de La Catrina dans la mythologie mexicaine du Jour des Morts est une affirmation beaucoup plus profonde de la mortalité, du destin et des divisions des classes sociales. 

Maquillage La Catrina

1) La Dame des Morts

La Catrina n'a pas été la première grande dame de l'au-delà en Amérique Latine. Cet honneur revient à Mictēcacihuātl, la reine de la pègre aztèque de Chicunamictlan. Son rôle était de veiller sur les ossements des morts et sa présence était au cœur de toute reconnaissance de ceux qui étaient décédés. 

Voici une illustration de la déesse aztèque Mictēcacihuātl, à laquelle il est fait référence dans le manuscrit du Codex Borgia, un manuel de culte méso-américain qui aurait été écrit avant la conquête espagnole.

Mictēcacihuātl & La Catrina

Et où toutes les âmes défuntes étaient-elles passées ? La croyance des Mésoaméricains était que les morts font un voyage qui descend sur neuf niveaux jusqu'aux profondeurs de Chicunamictlan. La vision des anciens concernant la mort n'était pas lugubre ni tabou. Ils la considéraient comme faisant partie du cycle de la vie et célébraient les défunts en laissant des offrandes sur des autels de fortune, ou "ofrendas", qui les aideraient dans leurs épreuves ultérieures. 

Ces ofrendas continuent d'être associés au Jour des Morts, qui a également absorbé au fil des siècles les coutumes de célébrations païennes et catholiques. On peut considérer par exemple, les dates de ces célébrations qui coïncident avec la fête de la Toussaint et de la Fête des Morts, respectivement les 1er et 2 novembre. Mais l'image déterminante de la fête moderne est apparue bien plus tard, et provient d'une source inattendue. 

La Catrina Dia de los Muertos

2) Origines d'une Icône Mexicaine

Le squelette avec le chapeau que nous voyons aujourd'hui a été créé au début des années 1900 par l'artiste José Guadalupe Posada. Posada était un caricaturiste controversé et politiquement engagé. Il était apprécié par le peuple et dessinait, gravait des crânes de squelettes ("calaveras") de manière satirique pour rappeler aux gens qu'ils finiraient tous par mourir un jour ou l'autre.

On dit qu'il a dessiné le squelette féminin à l'aspect d'un dandy avec un chapeau à plumes fantaisiste parce que certains Mexicains aspiraient à avoir l'air riche et aristocratique comme les Européens de l'époque. Un dessin satirique pour rappeler aux gens d'être eux-mêmes et d'arrêter d'essayer d'être quelqu'un ou quelque chose qu'ils n'étaient pas. Peu importe que tu sois riche ou pauvre, peu importe ta couleur de peau, et peu importe la société à laquelle tu appartiens, on finira tous par être des squelettes. Tel était le message de Posada, avec ses nombreuses caricatures de cavaleras esquissées dans le cadre de diverses activités quotidiennes. L'un de ses dictons les plus populaires était "La mort est démocratique". Simple, mais tellement vrai !

La Catrina José Posada

Diego Rivera, célèbre artiste et mari de Frida Kahlo, a immortalisé La Catrina dans une de ses peintures murales qui dépeint 400 ans d'histoire du Mexique. La fresque "Rêves d'un dimanche après-midi dans le parc d'Alameda" a été peinte en 1942 et présente plusieurs personnages mexicains importants. La Catrina est mise en valeur sur cette fresque de 15 mètres. Il a peint un autoportrait de lui enfant se tenant la main avec elle au premier rang. Rivera l'a peinte vêtue de vêtements sophistiqués et d'un chapeau extravagant avec des plumes, créant ainsi l'apparence qui lui vaut sa renommée actuelle. La peinture murale peut être vue au musée de la peinture murale de Diego Rivera à Mexico. Cela vaut vraiment la peine de la visiter si vous passez à Mexico !

De là, La Catrina est devenue un symbole fort pour les nombreuses activités et célébrations du Jour des Morts. Les femmes se maquillent et s'habillent avec des tenues élégantes qui évoquent le fameux squelette symbolique. Les célébrations ont lieu dans les cimetières ("panteóns") où l'ambiance est joviale. Là-bas, les gens commémorent joyeusement leurs proches disparus, en leur offrant des fleurs et certains de leurs aliments et boissons préférés de leur vivant.

La Catrina Cimetière

La Catrina est une fascination touristique populaire et on peut la trouver sous forme de statue en bois, en argile ou en papier mâché dans de nombreux magasins locaux du Mexique. Ces statues sont peintes de manière éloquente et de vraies plumes sont ajoutées aux chapeaux. De nombreuses personnes achètent ces statuettes et les ramènent comme souvenirs de leur séjour au Mexique. Il n'y a pas de doute sur son identité, La Catrina est 100% mexicaine ! Elle nous a séduit, donc forcément, on n'a pas pu s'empêcher de proposer le T-Shirt La Catrina.

La Dame des Morts est une image visuelle forte qui représente la façon dont les Mexicains voient la mort et l'au-delà. Les différentes cultures ont des traditions différentes en ce qui concerne la mort et la manière dont elles la traitent individuellement ou en famille.

Le Mexique a une vision unique de ce phénomène de la vie et préfère le considérer par une approche positive et passionnée. Cela ne veut pas dire qu'ils ne pleurent pas et ne regrettent pas un être cher décédé. Ce que cela signifie, c'est qu'ils choisissent de célébrer la vie et les souvenirs que la personne a créés pendant qu'ils étaient avec eux au lieu de se morfondre dans l'idée qu'ils soient partis pour toujours.

En planifiant votre prochain voyage au Mexique pendant le Día de los Muertos, vous aurez certainement une bonne image du peuple mexicain et de sa perception de la vie et de l'existence. 

La Catrina Mexique

La Catrina, c'est vivre sa vraie nature et c'est aussi ne pas prétendre être quelqu'un que l'on n'est pas. Peu importe à quoi tu ressembles et d'où tu viens, tu finiras par être réduit en squelette comme tous les autres !

3) La Calavera Catrina : Dessin de José Posada puis Diego Rivera

L'esquisse originale de La Calavera Catrina de Posada a été réalisée vers 1910. Elle a été conçue comme une satire faisant référence aux obsessions de la haute société européennes du leader militaire Porfirio Diaz. Sa corruption a conduit à la révolution mexicaine de 1911, et au renversement de son régime. Le nom original de l'esquisse reflétait cette appropriation culturelle adoptée par certains membres de la société mexicaine : La Calavera Garbancera. Certaines sources désignent ce dernier mot comme étant un argot pour une femme qui renonce à sa culture mexicaine et adopte l'esthétique européenne. Le baptême ultérieur viendrait également de l'argot, le mot "catrin" ou "catrina" étant souvent utilisé pour désigner un homme ou une femme bien habillé(e), ou "dandy".

La Calavera Garbancera

La bande dessinée originale de La Calavera Catrina, de l'artiste mexicain José Guadalupe Posada. On pense qu'elle a été dessinée vers 1910, alors que la révolution mexicaine prenait de l'ampleur.

L'image a ensuite été transformée en peinture murale à Mexico par Diego Rivera, qui a représenté une "La Catrina" essentielle dans une robe longue ostentatoire. Cette La Catrina tenaient les mains de Posada, son inventeur original, et aussi Rivera lui-même enfant, sous les yeux de la femme de Riviera, l'artiste Frida Kahlo. La fresque Rêve d'un dimanche après-midi dans le centre d'Alameda est devenue un trésor culturel et a encore amplifié l'image de La Catrina dans les consciences nationales. 

Rêve d'un dimanche après-midi dans le centre d'Alameda

Cette fresque murale de Diego Rivera, dépeint les plus grands moments et événements de l'histoire du Mexique.

4) Personnage Populaire du "Dia de los Muertos"

L'adoption de La Catrina comme emblème du Jour des Morts aujourd'hui prend de nombreuses formes. On retrouve des crânes en sucre dans toutes les vitrines des magasins, des maquillages et des robes exposés par les festivaliers du monde entier, hommes et femmes, Catrin et Catrina. À bien des égards, elle relie les époques et leur interprétation de la mort. Sa robe élégante suggère la célébration. Son sourire incontournable, nous rappelle qu'il y a peut-être du réconfort à accepter la mortalité, et que les morts doivent être commémorés, et non craints. Qui que vous soyez, on a tous le même destin. Et finalement, cette image contribuerait à faire un clin d'œil aux croyances les plus anciennes de cette culture, selon lesquelles le gardien de ce qui vient après la vie prend une forme résolument féminine.

Le folklore mexicain t'intéresse ? Alors fonce voir nos meilleurs articles têtes de mort mexicaines, Calaveras, Santa Muerte, et plus encore !

Bijoux Tête de Mort Mexicaine


Laissez un commentaire

N'hésite surtout pas à commenter jeune disciple, ton avis nous intéresse ! 🧐

Newsletter

Recevez nos articles dans votre boite email.